Follow by Email

lundi 28 mars 2011

ABSENCE DE CLARTE POLITIQUE: ATTENTION DANGER!

Le Front National s'installe dans les esprits et bien entendu dans les urnes. La concurrence professionnelle des "étrangers" lorsque l'emploi se raréfie et se précarise ainsi que la cogestion supposée ou réelle entre les deux grands partis gouvernementaux en sont le ferment. L'abstention record (environ 70 % à Sens sur les deux tours) et surtout un taux record largement au dessus de 10 % de votes nuls et blancs parmi les électeurs qui se sont déplacés dans les bureaux de vote, témoignent d'une vie citoyenne proche du coma.

Bien sûr, la gauche l'emporte globalement dans notre pays et nous pouvons comme l'a indiqué Martine Aubry, travailler dès aujourd'hui à  une victoire impérative lors des échéances de 2012, présidentielle et législatives. Avec un parti socialiste pivot de la gauche qui devra prouver sa capacité à rassembler. Une victoire progressiste lors des élections sénatoriales de septembre concrétiserait une telle démarche. Un échec révélerait inversement l'incapacité du parti pivot à rassembler au-delà de lui-même, avec de nouveau un scénario de type 21 avril à la clé !

Dans le département de 'Yonne qui restera  gouverné par la majorité présidentielle, la droite apparaît divisée quant au choix de son futur président. Ce sera ROLLAND ou VILLIERS.
Conformément au mandat de ses électeurs, l'opposition plurielle de gauche aura à présenter son candidat, au nom de nos valeurs et des citoyens qui nous soutiennent pour les porter.
Depuis hier soir, les interventions du président de l’ACSY et du premier fédéral du PS évoquent pour jeudi un vote de l'opposition de gauche en faveur du sénateur VILLIERS suppléant du ministre de RAINCOURT.
Faire ce choix, n'est-ce pas accréditer une cogestion départementale de fait de l'UMPS comme l'affirme son concurrent FN? Renvoyant un certain nombre de nos concitoyens à leur certitude de ne pas être entendus des hommes et des femmes politiques.

C'est donc très solennellement que j'engage mes collègues et amis progressistes élus dans cette nouvelle assemblée départementale à présenter jeudi, un candidat à la présidence du conseil général.
Parce que nous avons des convictions et que les électeurs qui nous font confiance doivent observer dans les faits la mise en oeuvre d'orientations claires. Je ne souhaite plus partager comme hier soir, l'angoisse du communiste Alain Lagrange qui a pu, un momment, se croire éliminé par le frontiste Édouard Ferrand sur le canton de Sens sud-est.
Un positionnement clair pour ne plus revivre, 10 ans après, un remake du 21 avril 2002.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire