Follow by Email

jeudi 12 juillet 2012

BIENVENUE A LAGON DU CHATEAU


Carte d’identité :
Nom : Lagon du château
13 ans
Race : Ardennais
Mensurations : 900kg et 1.70 m au garot
Contexte : Le cheval de trait a été choisi dans le cadre d’un renouvellement de véhicule.

L’Ardenais, un patrimoine national
L'Ardennais est une des races de chevaux de trait les plus anciennes de France historiquement élevé dans la région des Ardennes qui lui a donné son nom, et par extension dans tout le quart nord-est de la France, mais aussi en Belgique et au Luxembourg.
L'évolution de la race a beaucoup été conditionnée par les besoins de la guerre mais aussi de l'agriculture. Connu et mentionné depuis l'Antiquité romaine où il sert à la remonte des armées, l'Ardennais devient jusqu'au début du XIXe siècle l'une des meilleures races de chevaux de selle et de trait léger pour la traction du matériel d'artillerie militaire. Sous l'Empire napoléonien, ils sont réputés pour avoir survécu à la campagne de Russie. Pendant la Première Guerre mondiale, l'Ardennais de trait est très demandé pour tirer les chariots d'artillerie. Son calme et sa tolérance aux travaux difficiles, combinée à sa nature active et flexible, en font un cheval idéal pour cette tâche.

À la fin du XIXe siècle, l'Ardennais est croisé avec des percherons, des traits belges, des Pur-Sang et des traits du Nord afin de le rendre plus léger et de l'adapter aux nouvelles exigences de l'agriculture et des travaux forestiers. Ces croisements se poursuivent jusqu'à la Première Guerre mondiale et entraînent une augmentation de la taille de la race qui devient plus osseuse, plus étoffée, plus puissante, et donc plus susceptible de travailler les terres lourdes des grandes exploitations de l'Est de la France.
Dans la France de l’après-guerre, ces vaillants chevaux sont délaissés au profit des tractions mécaniques devenues plus rentables. La mécanisation va sonner  le déclin de cette race. Cette dernière doit son salut au renouveau de l’équitation de loisir et de travail dans les années 1990. Il s’en est fallu de peu pour que la race de ce cheval ne disparaisse à jamais.  D’aucuns s’accorde à reconnaitre l'Ardennais comme  l'un des meilleurs chevaux de trait du monde.

Aujourd’hui : Le cheval de trait a le vent en poupe auprès des collectivités.
Une vingtaine de ville en France ont fait le choix de la traction hippomobile. Après Cluny, Macon, Saulieu, Sens est la quatrième ville en Bourgogne à faire appel au cheval de trait. Les chevaux remplacent camions, bus et tracteurs : Quadrille, une Ardennaise arrose les fleurs à Lampertheim (bas-Rhin), Rodin, un trait poitevin, nettoie les plages à l’île de Ré, Olivia du Bio, une percheronne, ramasse les cartons d’entreprises de Thury-Harcourt (Calvados)  et  depuis peu, un Ardennais, Lagon du Château, ramasse les déchets verts à Sens.
Selon l’association Hippotese (Société hippomobile de technologie et d’expérimentation du sud Est),  un cheval  (achat, harnais, entretien) coûte 9400 euros par an, contre 13700 pour un camion classique et 22800 euros pour un camion électrique (coût qui tient compte de l’amortissement du matériel). Le bilan carbone est deux fois plus faible. Aussi ce projet s’inscrit-il dans la volonté de la municipalité d’engager la ville dans une dynamique de développement durable. L’utilisation du cheval pour l’entretien de nos espaces verts est aussi le gage d’une meilleure préservation de notre patrimoine environnemental.
Plus que la rentabilité du cheval – il semble cependant que cela soit le cas-  c’est l’impact sociétal qui est bénéfique. Les nombreuses réactions lors de la mise en ligne sur le Facebook de la ville des photos de notre cheval cantonnier attestent de la sympathie de la population pour cet animal. Gageons que ce dernier ne tarde pas à devenir une mascotte de notre ville.


Coût du projet : 25 300 €
Achat du cheval : 1500 €
Petit matériel d’entretien et matériels liés aux soins : 1000 €
Matériel d’harnachement pour le trait : 3200 €
Matériel hippomobile
Avant train : 3900 €
Remorque porte conteneur : 2600 €
Outil de sarclage : 3500 €
Infrastructures pour le cheval
Achat et installation  du box en bois (sous le « Baltard ») : 4200 €
Abri pré : 3700€
Clôture et matériel de pâture : 1700 €
Le pré est situé sur la nouvelle extension sud du parc du Moulin à tan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire